Anecdotes Histoires du Sud-Ouest

A l’heure espagnole

Alors que le Tarbes Gespe Bigorre se débat pour maintenir sa place dans l’élite et rétablir ses finances,n’oublions pas qu’il a été un flamboyant porte-drapeaux du basket pyrénéen en dehors de nos frontières. Revenons sur une anecdote cocasse de l’un des ses voyages en Europe.

Saison 1994-1995.

Le Tarbes Gespe Bigorre est déjà une place forte du basket français et participe à la coupe Ronchetti, la deuxième division européenne.

gomis
Christine Gomis (Maxi-Basket)

L’effectif est complet, avec des internationales françaises telles que Corinne Zago-Esquirol, Barbara Weistroffer, Christine Gomis ou Halima Soussi, ou encore américaines référencées comme Dawn Staley et Daedra Charles, championnes Olympiques avec le Team USA. Sont également toujours présentes Geneviève Azens et Nathalie Fourcade, les « locales ».

Au cours de cette saison, il est arrivé aux joueuses une aventure rocambolesque lors d’un déplacement en Espagne.

Le 29 novembre 1994,une rencontre est prévue pour le second tour des matchs de poule de la Ronchetti aux Îles Canaries, où les tarbaises doivent affronter l’équipe de Las Palmas. Alors qu’elles prennent l’avion le lundi, veille du match, pour se rendre dans l’île ibérique, elles ont eu la désagréable surprise de se retrouver coincées à l’aéroport de Bilbao, le transporteur aérien faisant grève.

Le staff tarbais, mené par le coach Jean-Pierre Siutat, contacte alors la FIBA afin qu’elle contacte Las Palmas et que le nécessaire soit fait pour décaler le match au mercredi.

Après une correspondance par Madrid, la délégation du TGB arrive enfin à Las Palmas le mardi en fin d’après-midi au terme d’un long périple.

Sur place, aucune personne du club espagnol n’est là pour accueillir l’équipe visiteuse, et les conduire à leur hôtel.

Après avoir trouvé par leurs propres moyens l’hôtel réservé et s’être installées, les tarbaises se dirigent vers la salle à 19h, comme cela avait été demandé par le staff tarbais, pour un petit décrassage et une séance d’entrainement. Il faut dire que deux jours de voyage, ça laisse des traces dans l’organisme !

Quelle ne fut pas la surprise des joueuses du TGB lorsqu’elles ont franchi les portes de la salle : l’équipe de Las Palmas était en tenue, en train de s’échauffer, les officiels étaient arrivés, et le public commençait à garnir les tribunes !

Une fois passée la stupéfaction, Jean-Pierre Siutat et les dirigeants ont bien tenté de négocier avec les dirigeants espagnols le report du match tel que cela avait été demandé initialement, pour le mercredi. Ils ont bien sûr fait la sourde oreille.

Coup de fil à la FIBA… Rien de plus…

Jean-Pierre Siutat, coach de Tarbes
Jean-Pierre Siutat, coach de Tarbes (Maxi Basket).

Les tarbaises ont dû se résigner à jouer le match le mardi soir, comme convenu. Mais dans leur grande mansuétude, les espagnols ont accepté de décaler l’horaire de l’entre-deux à 22h.

Un aller-retour express à l’hôtel pour chercher les équipements de match, une rencontre disputée dans un climat tendu… Il y a d’autres manières de rentrer bien dans un match !

dawn staley
Dawn Staley, une des joueuses cadres de l’équipe des Etats-Unis pour les JO de 1996 (photo: tradingcarddb.com)

Tarbes s’inclinera finalement de 4 points, 79 à 75. L’espagnole Rosi Sanchez aura fait beaucoup de mal à la défense tarbaise, avec 28 points inscrits. Côté bigourdan, la marque a été alimentée par Dawn Staley (26 points) et Corinne Zago-Esquirol (22 points), mais cela n’aura pas suffit à rattraper les 10 points de retard déjà encaissés à la mi-temps (52-42).

Ce match a été disputé dans une atmosphère lourde, avec un « très mauvais accueil espagnol ». Après une défaite au premier match face à Priolo, le TGB enregistre un deuxième revers consécutif dans cette poule de la Coupe Ronchetti. Elles conclueront finalement cette phase avec 6 victoires en 6 matchs, s’offrant une place en quart de finale où elles échoueront contre Bourges, futur vainqueur de l’épreuve.

L’année d’après, Tarbes réalisera à nouveau un beau parcours, en allant ce coup-ci au bout de la compétition, devenant champion d’Europe.

Pour en revenir à notre anecdote, la morale de l’histoire est qu’à l’époque des cabines téléphoniques et du fax, l’information circulait beaucoup moins bien !

Article mis à jour: 28/05/2015

Publicités

1 comment on “A l’heure espagnole

  1. A reblogué ceci sur Hoop Diaryet a ajouté:
    Un déplacement rocambolesque en Ronchetti pour le TGB en 1994-95

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :