Anecdotes Histoires du Sud-Ouest

1996, le sacre européen de Tarbes

Installé dans l’élite nationale depuis maintenant 23 ans, le Tarbes Gespe Bigorre a écrit l’une des plus belles pages du basket pyrénéen en remportant un sacre européen. De sa création en 1983 à la victoire en Coupe Ronchetti en 1996, le TGB a gravi les marches quatre à quatre.

 Une ascension fulgurante

La fusion en 1983 de deux clubs du chef-lieu des Hautes-Pyrénées (l’Association Sportive et Culturelle de la Gespe et le Basket Club Tarbais) a donné naissance au Tarbes Gespe Basket (devenu Bigorre lors de l’accession en NF1A) dont l’équipe féminine évolue alors en régionale. C’est lorsque Jean-Pierre Siutat, futur Président de la FFBB, prend l’équipe en mains en 1986 que l’ascension peut commencer.

Championnes des Pyrénées en 1987, les filles du TGB accèdent à la NF4 où elles ne resteront que deux saisons, jusqu’en 1989, où elles finiront premières de leur groupe. A nouveau premières de leur groupe de NF3 en 1990, en tant que promues, elles montent en Nationale 2, division dont elles finiront Championnes de France l’année de leur accession, en 1991. Pour la saison 1991-1992, le TGB ne ralentira pas la cadence, et remportera un nouveau titre de Champion de France, cette fois en NF1B, lui permettant une nouvelle accession à la division supérieure.

Ouf, après 5 montées en 6 ans, et avec la découverte de l’élite, on peut penser que les bigourdanes vont lever le pied… C’est bien mal connaitre l’équipe drivée par Jean-Pierre Siutat !

En effet, à peine arrivées en NF1A, Tarbes finit Vice-Champion de France en 1993 et décroche une participation en Coupe d’Europe Ronchetti. Une deuxième saison réussie dans l’élite (3ème NF1A et demi-finaliste de la Coupe Roncheti) et d’excellents résultats lors de la saison suivante (Vice-Champion de France, Trophée de la Fédération) permettent d’asseoir les ambitions du jeune club.

Les américaines Andréa Stinson puis Dawn Staley, Daedra Charles et Teresa Edwards, toutes référencées comme des joueuses de très haut niveau (stars de la WNBA et du circuit européen, participations à plusieurs campagnes internationales avec les USA) donnent le tournis aux adversaires et assurent le spectacle au Quai de l’Adour, en compagnie d’une solide base française. On peut citer les internationales Corinne Zago-Esquirol et Christine Gomis qui apportent leur expérience du haut niveau, aux côtés des locales, dont notamment Geneviève Azens et Nathalie Fourcade (présente depuis la création du TGB).

 

Un début de saison chaotique

TGB3
Judith Balogh

Pourtant, en 1995-1996, le TGB change d’orientation, et privilégie la rigueur et l’efficacité au détriment du spectacle. Exit les américaines, et c’est ainsi que débarquent au Quai de l’Adour Judith Balogh, une scoreuse d’origine Hongroise, Polina Tzekova, intérieure bulgare de 1m94 qui deviendra une icône tarbaise, Sissako Bolanga de Rouen et l’internationale Corinne Benintendi, meneuse transfuge de Challes reconnaissable entre mille pour son inamovible bandana.

Malgré la qualité du recrutement, et des résultats probants, les joueuses cherchent leurs marques. Entre la blessure de Sissako Bolanga (rupture des croisés) et le retard dans la qualification de Polina Tzekova (le club italien de Priolo a imité sa signature sur un contrat pour l’empêcher de partir), le TGB travaille difficilement, parfois avec seulement 7 ou 8 joueuses aux entrainements.

En raison de problèmes relationnels avec certaines joueuses, l’entraineur emblématique Jean-Pierre Siutat décide de prendre du recul, laissant la place à son jeune assistant Damien Leyrolles (26 ans) au 1er décembre 1995.

Le TGB reprend sa marche en avant. Sorti miraculeusement de la poule de 1/8ème de finales de la Coupe Ronchetti (+0,0004 points au goal average à trois équipes ex-aequo, au détriment de Vrsac), le club bigourdan entame son quart de finale face aux tchèques de Brno, dans la position de l’Outsider.

Pourtant, deux victoires face à Brno plus tard, le TGB se qualifie pour les demi-finales de la coupe Ronchetti, stade déjà atteint deux ans plus tôt. Mais cette fois-ci, les bigourdanes sont bien décidées à ne pas stopper leur marche en avant et dominent outrageusement l’équipe de Budapest, avec un écart moyen de 29 points sur les deux matchs. Au match aller, Judith Balogh se rappelle au bon souvenir de ses anciennes coéquipières en leur passant la bagatelle de 40 points !

En route pour le titre !

corinn1m
Corinne Benintendi et son inséparable bandana

Nous voici le 6 mars 1996. C’est l’heure de la finale de la Coupe Ronchetti.

C’est l’occasion pour Tarbes de remplir son armoire à trophée. Le club récupère au passage Sissako Bolanga, qui avait été écartée des parquets après les deux premiers matchs de championnat suite à une rupture des croisés.

Les adversaires du TGB sont les Italiennes d’Alcamo. Leur spécialité ? Eliminer les équipes françaises ! Après avoir battu en quart de finale Valenciennes puis Aix en demi-finales, elles souhaitent faire le triplé face à leur troisième opposition de l’hexagone consécutive. Cette équipe italienne présente une paire américaine assez impressionnante : aux côtés de Tari Phillips, 16 points et 12 rebonds en moyenne, on retrouve l’intenable Cynthia Cooper, auteur d’une moyenne de 37,5 points par match sur la compétition… Pour éliminer Aix en Provence sur la demi-finale retour, elle avait même fait exploser les compteurs avec 56 points marqués ! Le défi de cadenasser cette joueuse n’est pas une mince affaire.

Le match aller de cette finale Ronchetti se déroule à Alcamo, en Sicile, et est dominé par Tarbes, qui l’emporte 81 à 63. Le duel des scoreuses est remporté par Judith Balogh, avec 34 points, alors que Cynthia Cooper est laissée à « seulement » 28 points, égalant alors son plus faible total en Ronchetti cette saison. Damien Leyrolles a du pianoter sur un effectif réduit, seules six joueuses prennent part à cette rencontre, quatre d’entre elles jouant la totalité du match, et deux (Gomis, 26 minutes et Bolanga, 14minutes) se partageant le temps de jeu restant.

Tarbes a pris un sérieux ascendant sur leur adversaire en l’emportant de 18 points, et il va être difficile pour Alcamo de récupérer son retard. D’autant plus qu’il y a une ferveur incroyable aux abords de la salle du Quai de l’Adour, un écran géant étant installé à la Halle Mercadieu pour permettre à ceux n’ayant pas pu avoir l’une des 2500 places de la salle d’assister malgré tout à la rencontre.

Et en effet, la rencontre sera à sens unique, le TGB déroulant sur un score quasi-similaire à celui du match aller, l’emportant 82 à 63. Cynthia Cooper a été à nouveau muselée, n’arrivant à marquer que 19 points, grâce à une défense serrée, alors que les tarbaises se sont toutes mises en valeur.

Le symbole de cette domination collective? 17 passes décisives à 3 en faveur du TGB.

Le partage du ballon et la répartition de la marque ont posé d’innombrables problèmes à des italiennes dépassées. Judith Balogh, 21 points, Corinne Zago-Esquirol, 20 points, Polina Tzekova, 16 points et 9 rebonds, Christine Gomis, 12 points et 6 rebonds. Mais c’est surtout grâce au match de mammouth de Corinne Benintendi que le collectif a pu s’exprimer : 8 points, 7 rebonds, 3 interceptions, pour aller avec ses 16 passes décisives ( !!!).

TGB2
Polina Tzekova dominatrice à l’intérieur face à Alcamo

Après Bourges en 1995, une autre équipe française féminine remporte une coupe d’Europe. C’est à ce jour le premier, et le seul trophée européen remporté par une équipe de basket pyrénéenne. Tarbes finira sa saison en remportant la Coupe de France mais ne réalisera pas le triplé, échouant face à Bourges en finale du championnat de France. En tout cas, le TGB a marqué le basket français de son empreinte, et est devenue une place forte du basket féminin, en s’installant dans le haut de tableau du championnat de France chaque saison, et participant à de nombreuses autres campagnes européennes.

TGB (2)
La coupe Ronchetti soulevée par les deux Corinne (Benintendi et Zago-Esquirol)

Crédits photos: http://web.univ-pau.fr/~riva/, le livre d’or du basket 1995, Maxi-Basket n°151

Publicités

5 comments on “1996, le sacre européen de Tarbes

  1. Ping : 1996, le sacre européen de Tarbes |

  2. Ping : [Parcours] Debbie Hemery, toujours d’attaque | Hoop Diary

  3. Ping : Les Spacer’s vs les champions d’Europe! | Hoop Diary

  4. Ping : A l’heure espagnole | Hoop Diary

  5. Ping : Rétrospective 2015: Une année dans le panier | Hoop Diary

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :