Equipe solide du championnat de Nationale 1, le VCGB d’Yves Baratet accueille l’équipe la plus jeune de la poule, l’INSEP. Ce match, de prime abord anecdotique, sera surtout l’occasion pour le public gersois de découvrir les futurs visages du basket français, dont deux pépites hors norme âgées seulement de 16 ans…

Les arènes de Valence-Condom sont remplies en ce samedi 7 novembre 1998. Le VCGB, a commencé sa saison dans cette nouvelle division de Nationale 1 en étant bousculée. Avant la réception de l’INSEP, l’équipe d’Yves Baratet affiche un bilan tout à fait honorable de 5 victoires en 9 matchs, mais a besoin de se rassurer pour accrocher la première moitié de classement, dans un championnat dense.

En effet, à l’intersaison 1998, la FFBB refond ses championnats nationaux. Exit la Nationale IV, et les meilleures équipes de Nationale II de la saison précédente sont regroupées dans une Nationale 1 plus compétitive que jamais, véritable antichambre du secteur professionnel. Après 11 ans en Nationale II et un parcours remarquable en Coupe de France en 1997, l’équipe du Président Jean-Claude Caumontat est prête à relever le défi.

Pour assurer une bonne saison dans un championnat plus relevé que jamais, le VCGB s’appuie sur des joueurs expérimentés et un groupe soudé. André Erguy est toujours fidèle au poste, et assure un point d’ancrage sans faille dans le jeu intérieur (15,7 points et 6,6 rebonds sur la saison), aux côtés de Christophe Guillon, arrivé de Maurienne en ProB à l’intersaison. Jérôme Séailles mène le jeu à la perfection comme en témoignent ses 7,4 passes décisives sur la saison. On retrouve les fidèles Jean-Michel Thore, Philippe Verdugo, Michel Théophile et Claude Raoul qui perpétuent l’esprit conquérant des gersois. Yves Baratet en profite pour lancer un trio de jeunes joueurs d’à peine 18 ans, à qui il donnera des responsabilités (Bruno Salamon, Nicolas Lasserre, Guillaume Dossat). Enfin, pour complèter le groupe, le VCGB s’appuie sur un américain, Mike Tolman, qui fera une première partie de saison solide (21,6 points, 5,7 rebonds) avant de se blesser durablement.

Finalement, pour sa découverte de ce nouveau championnat de Nationale 1, Valence-Condom assurera son maintien avec 15 victoires et autant de défaites, terminant à la 10e place sur 16 équipes.

C’est bien pour cela que ce match face à l’INSEP est crucial pour toutes les équipes de ce championnat: il s’agit de remporter les deux oppositions face à ces jeunes joueurs, afin d’engranger deux victoires qui peuvent faire la différence au plan comptable en fin de saison. L’enjeu est donc majeur, ce qui n’est pas le cas des joueurs de l’INSEP, tous âgés de moins de 18 ans !

Bien que jeunes, ces joueurs sont la relève du basket français. Coachés par Lucien Legrand, ils ont déjà remporté deux victoires en dix matchs, et certaines défaites ont été encaissées avec moins de 10 points d’écart. Méfiance donc pour le VCGB qui reçoit une équipe qui joue sans pression, et possède quelques talents. Parmi eux, des joueurs qui feront une carrière à haut niveau comme Thomas Dubiez, Mamoutou Diarra, Vincent Margueritte ou encore Robert Michalski. On retrouve aussi Ronny Turiaf parmi les joueurs les plus connus, bien qu’il ne dispute pas ce match.

Mais c’est surtout deux joueurs qui attirent l’attention du côté de l’INSEP. Tout d’abord Boris Diaw, un joueur avec un QI basket largement au-dessus de la moyenne, et avec des qualités athlétiques exceptionnelles. Joueur altruiste, intelligent, complet, il se destine à une carrière exceptionnelle. Il fera néanmoins ce soir-là un match assez discret, loin de ses 7,1 points, 3,6 rebonds et 2,5 passes sur la saison.

L’autre joyau de cette équipe, c’est un jeune meneur de 16 ans, 3e scoreur de cette poule de Nationale 1 (22 points par match !), qui fait tourner la tête aux défenses, le dénommé William Parker.

Euh… William Parker ? Et oui, il s’agit bien de TP ! A ce moment-là, il ne se fait pas encore appeler Tony comme son père (son deuxième prénom est en réalité Anthony). Et il ne va pas tarder à se faire un nom !

Il subira cette année-là des plans « anti-parker », destinés à limiter son rayonnement. Mais bien évidemment, peine perdue, Parker est déjà au-dessus de la mélée.

C’est l’occasion de se replonger dans les premiers pas à haut niveau de nos pépites nationales, et revivre les grandes heures du VCGB au son des bandas !

Et si vous voulez connaitre le score et la répartition des points sans être spoilé, c’est ici: Box score

Valence-Condom

4 – Jean-Michel Thore

5- Jérôme Séailles

6 – Nicolas Lasserre

7 – André Erguy

8 – Philippe Verdugo

9 – Christophe Guillon

10 – Guillaume Dossat

11 – Mike Tolman

12 – Claude Raoul

13 – Bruno Salamon

Coach: Yves Baratet, assistant: Gilles Cazaux

INSEP

4 – Robert Michalski

5 – Guy Guedegbe

8 – Mamoutou Diarra

7 – Thomas Dubiez

10 – William Anthony Parker

11 – Vincent Margueritte

12 – Nicolas Kaczmarow

13 – Julien Doreau

14 – Boris Diaw

15 – Noël Nijean

Coach: Lucien Legrand, assistant: Patrick Cham

Un grand merci à David Encausse pour cette vidéo ! D’autres sont à venir prochainement.

Publié par Frank Cambus

Passionné de basket, collectionneur à mes heures, j'empile les magazines et livres de basket autant que Jojo enfilait les paniers ou Stockton les passes... Il est temps de les ressortir et de les partager!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s