La série « Médecins de nuit » a été diffusée entre 1978 et 1986, et, comme son nom l’indique, met en scène une équipe de médecins de nuit faisant face à des situations d’urgence. L’épisode nommé « temps mort », fait partie de la dernière saison de la série et met en toile de fond de l’intrigue la balle orange.

Le synopsis de l’épisode sur Annuséries: Anne Odicq, médecin, est bien décidée. Elle commence dès aujourd’hui un jogging sur les quais de la Seine. Mais elle a présumé de ses forces. Elle a un malaise. Eric, basketteur de l’équipe de France, court lui aussi. Il relève la jeune femme qu’il ramène à sa voiture. Par radio, Léone, la standardiste du bureau de Médecins de nuit appelle Anne et lui demande de se rendre dans une salle de gymnastique où une cliente a une crise de tétanie. Avant de se quitter, Anne et Eric se promettent de se retrouver en fin de journée à la salle omnisports de Bercy pour le match de sélection auquel Eric participe. Ses visites terminées, Anne se rend dans l’immense stade. Pendant qu’Eric joue, elle visite les lieux et entend tout à coup des plaintes. Une jeune basketteuse sud-américaine semble souffrir. Anne s’approche d’elle mais on la repousse. Le médecin de l’équipe intervient et fait une piqûre à la jeune sportive…

Anne fait un malaise. Eric vient l’aider: « vous voulez une p’tite cigarette? » (dialogue vraiment tiré de l’épisode !)

Comme beaucoup de séries françaises de cette époque, le scénario n’est pas très fouillé, et le jeu d’acteur parfois léger. Mais l’intérêt de cet épisode est de voir quelques scènes autour du basket. Et j’ai bien dit « autour », car il y a peu d’oppositions filmées, et tout au plus quelques exercices sans grande intensité.

Mais surtout, les équipes masculines et féminines du Stade Français sont mises à contribution pour représenter « l’équipe de France » et celle de « San Pedro ». Côté masculins, on aperçoit notamment Jean-Luc Deganis, Patrick Cham, Hervé Dubuisson ou encore Rudy Bourgarel, le père de Rudy Gobert.

On reconnaiten arrière-plan sur cette scène Alex Bradley, Jean-Luc Deganis, Rudy Bourgarel, Hervé Dubuisson et Ratko Radovanovic

L’équipe féminine du Stade Français incarne San Pedro, une équipe d’Amérique du Sud en préparation à Paris pour une rencontre internationale. Le Stade Français est à cette époque la meilleure équipe française, qui truste les titres de champion de France consécutivement entre 1983 et 1987. Et nous retrouvons parmi les joueuses du Stade Français Rose-Marie Scheffler, la plus grande joueuse française avec ses 2m02, et Nathalie Etienne, qui finira sa carrière à Mirande.

Enfin, les scènes autour du basket se déroulent dans un Palais Omnisport Paris-Bercy flambant neuf. En effet, tout semble montrer que cet épisode a été tourné lors de la saison 1984-1985, et le POPB a été inauguré en février 1984.

Cet épisode a un intérêt somme toute limité concernant les scènes de basket, mais il reste toutefois amusant à regarder, en raison de son côté kitsch, mais aussi pour la scène-clé, où le médecin sur-réagit sur une faute anodine, et le dialogue qui s’ensuit.

Le médecin se précipite sur le terrain, tout est arrêté pour une légère faute #exagération #actorstudio

En bref, à regarder pour le fun, si on a une heure à perdre. Sinon…

Publié par Frank Cambus

Passionné de basket, collectionneur à mes heures, j'empile les magazines et livres de basket autant que Jojo enfilait les paniers ou Stockton les passes... Il est temps de les ressortir et de les partager!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s