Petite ville du Comminges de moins de 2000 habitants, réputée pour ses thermes et son casino, Salies du Salat a aussi été un club qui a compté dans le paysage du basket féminin français. Au début des années 2000, le BCSS (Basket Comminges Salies du Salat) a gravi rapidement les marches qui les séparaient de la NF3 à la NF1, alors l’antichambre de l’élite. Malheureusement des coupes budgétaires n’ont pas permis au club de se stabiliser à ce niveau, malgré de bons résultats sportifs. Bien qu’il y ait beaucoup à raconter sur cette parenthèse du haut-niveau dans la cité thermale du Comminges, nous allons nous focaliser sur un petit événement qui s’est produit deux années consécutives: la réception de Valenciennes-Orchies en Coupe de France.

A ce stade-là, on pourrait presque parler de derby ! En effet, en 2005 et 2006, le parcours de Salies du Salat en Coupe de France s’est arrêté face à l’ogre du Nord, l’USVO. Hasard du tirage au sort, Valenciennes-Orchies a été désigné à deux reprises pour aller rencontrer des salisiennes évoluant deux (Nationale 2 en 2005) puis une (Nationale 1 en 2006) divisions en dessous. Evidemment, compte tenu du palmarès et de l’effectif de l’USVO, il va s’en dire que Salies savait pertinemment que leur chemin allait s’arrêter là, mais il s’agissait avant tout de montrer une belle résistance, devant un public nombreux et enthousiaste de voir évoluer sous ses yeux autant d’internationales.

2005: Une grande fête

La saison 2004-2005 de Salies du Salat, c’est en tout points une réussite ! 1ères de leur poule devant Nantes Rezé, elles iront disputer au mois de juin la finale de Nationale 2 à Châteauroux, et reviendront avec un titre de championnes de France obtenu de haute volée face à Dunkerque (68-67). Mais avant de vivre ces émotions consacrant une saison exceptionnelle, les salisiennes se préparent à recevoir en quart de finale de la Coupe de France l’USVO. Les nordistes, c’est du très très lourd, jugez plutôt: les 4 derniers titres de LFB, les 4 dernières coupes de France, 2 titres et 2 finales finales d’Euroleague… En gros, depuis 2000, elles ne laissent rien aux autres. Même pas des miettes à se mettre sous la dent.

Coachées par Laurent Buffard, bien connu dans la région toulousaine pour avoir amené les Spacer’s en ProA, les nordistes présentent un effectif assez impressionnant avec pas moins de 4 MVP du championnat de France (Lucienne Berthieu en 2003 avec Aix en Provence, Audrey Sauret en 2004 avec l’USVO, Sandra Le Dréan, qui le sera à fin de cette saison et Allison Feaster, triple MVP étrangère – 2002, 2003 et 2004). Et si ça ne suffisait pas, on rajoute à ce quartet Johanne Gomis, qui portera le maillot de l’équipe de France en 2010 aux championnats du Monde, Patricia « Ticha » Penicheiro, meilleure passeuse de l’Euroleague en 2002, et pièce maitresse des Sacramento Monarchs en WNBA ou encore Isabel Sanchez, internationale espagnole. Les (très) grandes Slobodanka Tuvic (1,96m) et Chantelle Anderson (1,98m) prennent leur place dans la raquette également. Enfin, notons que la mène est aussi confiée à une jeune joueuse de 17 ans, Sylvie Gruszczynski, qui fera une belle carrière professionnelle l’amenant à Tarbes et Toulouse notamment, dont elle sera capitaine.

Pour Salies, c’est évidemment plus compliqué de résister, avec notamment une seule joueuse qui dépasse le mètre quatre-vingt-dix. Hormis Marie Deparrois, le secteur intérieur est confié à Delphine Dord, Sophie Loreau et Carole Bonzom. Géraldine Gaillard, Gaëlle Beauvais et la jeune Swanne Gauthier se partagent la mène, alors que l’on retrouve sur les postes extérieurs Alice Sévilla, Debbie Hemery, Elodie Chervier et Margot Vidaluc. Mais là aussi, même si les CV paraissent moins ronflants, il faut savoir que de nombreuses joueuses de l’effectif de Salies ont connu le haut-niveau avant d’arriver dans le Comminges, avec même pour certaines des sélections en équipe de France jeunes ou seniors. Et que dire de la scoreuse de l’équipe Debbie Hemery? Finaliste de l’Euroleague en 1998 avec Madrid, Debbie a arpenté les parquets états-uniens et européens avec succès, avant de poser ses valises sur la région toulousaine.

Enfin, n’oublions pas que c’est aussi par l’intermédiaire du staff que les résultats de Salies sont probants : Toujours fidèle au poste, on retrouve Alain Ricard, assistant de Florence Roussel. Cette dernière fut l’une des pierres angulaires du grand Mirande de la fin des années 80, début 90. Triple championne de France, réputée pour être un défenseur hors pair, Florence Roussel s’est reconvertie dans le coaching avec succès, accompagnant Salies de la NF3 à la NF1 en très peu de temps. Académicienne Occitanie 2019, elle a marqué de son empreinte le basket salisien.

Quoiqu’il en soit, peu importe le résultat, c’est une grande fête qui attend Salies en ce mardi 8 mars 2005 !

Reportage sur la Coupe de France 2005, avant le match et après le match

Bien évidemment, le match est à sens unique. Mais Salies sortira de la Coupe de France la tête haute, et consacrera le reste de sa saison à la quête du titre de champion de France de NF2, la cerise sur gâteau après l’obtention de l’accession en NF1.

SALIES DU SALAT 51- VALENCIENNES 104

Quarts-temps : 20-37, 14-30, 11-22, 6-15

800 spectateurs; Arbitres: Mounir El Faiz et Guilhem Massip

SALIES DU SALAT: Hemery (17), Dord (9, ) Loreau (2), Gaillard (2), Sévilla (9), Chervier (2), Deparroi (6), Bonzom (2) Gauthier (2), Beauvais.

VALENCIENNES-ORCHIES : Tuvic (12), Penicheiro (7), Sanchez (7), Berthieu (17), Sauret (11) Gruszczynski (15), Le Drean (9), Gomis (10), Feaster (9), Duval (5).

2006: Bis repetita

Championnes de France NF2 en 2005, les salisiennes se préparent à aborder le défi de la NF1 (alors 2e division française) avec une équipe new-look. Toujours coaché par Florence Roussel, assisté d’Alain Ricard, Salies retrouve 6 joueuses de la saison passée: Debbie Hemery, Delphine Dord, Alice Sevilla, Marie Deparrois, Margot Vidaluc et Swanne Gauthier. Des joueuses expérimentées renforcent l’effectif: Kadhi Gassama, internationale sénégalaise et Patrycja Ziolkowska à l’intérieur; Géraldine Devaux et Katarina Brestovanskà (internationale slovaque en jeunes et participation à l’Euroleague avec ) sur les postes extérieurs.

Salies du Salat 2005-2006

C’est une équipe équilibrée et consistante qui se présente sur la ligne de départ de cette saison 2005-2006, et les premiers résultats prouveront que Salies n’est pas en NF1 pour seulement flirter avec le maintien. Cependant la saison est longue, et le ticket pour une deuxième saison en NF1 sera composté à trois journées de la fin.

Comme l’année précédente, Salies fait son petit bonhomme de chemin en Coupe de France, parallèlement au championnat, et comme l’année précédente, c’est l’USVO qui se dresse sur le chemin du BCSS. Cette fois-ci en huitièmes de finale. Et comme l’année précédente, l’écart sera important, mais Salies tombera encore avec les honneurs, remportant notamment le dernier quart-temps.

Valenciennes, c’est encore du très lourd. Championnes de France en titre, elles ont échoué pour le doublé championnat-Coupe de France, laissant ce dernier trophée au rival Bourges. Elles repartent en conquête, mais bien qu’étant premières du championnat sur cette saison 2005-2006, elles ne remporteront pas les titres qui iront du côté du Cher.

Quoiqu’il en soit, l’USVO, c’est encore du solide… Autour des rescapées Sandra Le Dréan, Sylvie Gruszczynski et Slobodanka Tuvic, de nouvelles arrivées: les extérieures Emmanuelle Hermouet (qui finira sa carrière au TMB), Jennifer Digbeu, future internationale, et Laina Badiane, ainsi que les intérieures Sonja Kireta et Vedrana Grgin-Fonseca. La mène va être confiée à l’australienne Kristi Harrower, multi-médaillée avec sa sélection nationale. Et pour compléter cet effectif déjà pléthorique, Laurent Buffard s’appuie sur l’un des plus gros espoirs du basket français, l’intérieure Sandrine Gruda, que l’on ne présente plus.

Bien que ce moment exceptionnel se répète pour Salies du Salat, le public répond à nouveau présent pour suivre cette rencontre, ne laissant aucun gradin vide.

Le match est également passé sur Radio Couserans en direct, ce qui m’a permis de faire mes premières expériences dans cet exercice périlleux de commentateur !

L’USVO autour de Laurent Buffard
Action de jeu
Le match commenté sur Radio Couserans
BCSS-USVO 2006 – 1ère partie
BCSS-USVO 2006 – 2ème partie

SALIES-DU-SALAT 56 – VALENCIENNES 94

MT: 32-55; QT: 16-21; 16-34, 4-20, 20-19.

600 spectateurs; Arbitres: MM Betton et Borde

SALIES DU SALAT: Hemery (14 dont 2 tirs primés), Brestovanska (13 dont 4 tirs primés), Dord (4), Gassama(6), Sevilla, Deparrois (2), Devaux (5), Vidaluc (2), Gauthier (2), Ziolkowska (8)

VALENCIENNES-ORCHIES: Gruda (10), Hermouet (6 dont 1 tir primé), Gruszcynski (11), Digbeu (7 dont 1 tir primé), Kireta (11), Le Drean (9), Harrower (9 dont 1 tir primé), Tuvic (13), Grgin-Fonseca (13 dont 1 tir primé), Badiane (6)

Publié par Frank Cambus

Passionné de basket, collectionneur à mes heures, j'empile les magazines et livres de basket autant que Jojo enfilait les paniers ou Stockton les passes... Il est temps de les ressortir et de les partager!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s